30/03/2018

#GE2018 : Mon engagement pour la culture

Ma candidature au Grand Conseil de Genève est le résultat de l'opportunité qui m'a été donnée pour exprimer mon mécontentement et désaccord sur la politique culturelle sur le canton. Ayant déjà participé à quelques réunions et actions politiques lors de mon engagement au sein du comité du Forum Romand des producteurs de l'audiovisuel (aliás AROPA), l'invitation de rejoindre un nouveau parti pour y défendre la culture ne pouvait pas se refuser. 

Voici en images mon engagement pour Genève, auprès de 39 autres co-listiers d'exception! Je me tiens volontiers à votre disposition si vous souhaitez échanger sur les thèmes pour lesquels je m'engage. 




29/03/2018

Elections #GE2018 : l'importance de votre voix!

En cette période de campagne électorale, la population genevoise réagit parfois violemment aux propositions des candidats. Que ce soit dans la rue ou sur les réseaux sociaux, les commentaires démontrent la déception et le manque de confiance envers nos politiciens. Cela n'est pas de bonne augure pour les élections du 15 avril prochain.

 

Usez et abusez de la présence des stands politiques pour faire entendre votre voix

 

Cette campagne compte plus de 600 candidats au Grand Conseil. Un record atteint qui vient par la même occasion démontrer que les gens ont vraiment envie que cela change. Des inconnus de la politique se lancent, auprès des plus grands, pour faire changer les choses et apporter leur contribution à la Cité. Et cette audace, il faut la saluer et l'applaudir. Feront-ils mieux que les précédents? Nul ne le sait mais si on ne leur donne pas leur chance, on ne pourra jamais le savoir. Et c'est pour cette raison que chaque voix compte, même si le coeur n'y est pas. Sortez et allez à l'encontre des candidats de tous les partis. Vous ne serez peut-être pas d'accord sur tout mais au moins vous aurez passé un moment à débattre (calmement) de vos idées et surtout, vous aurez eu l'occasion de montrer votre opinion. Usez et abusez de la présence des stands politiques pour faire entendre votre voix!

 

41,1% de participation à l'élection du Grand Conseil

46,4% pour le Conseil d'Etat

 

Tribune de Genève, manchette, conseil d'état, raté, exercice, Genève, journal

La Tribune de Genève affichait aujourd'hui en manchette le loupé du Conseil d'Etat sur la dernière législature. Que le peuple soit déçu d'un gouvernement et qu'il considère qu'il n'a pas atteint les objectifs fixés est concevable. Encore faut-il qu'il ait utilisé son devoir de citoyen en votant.

En 2013, il n'y a eu que 41,1% de participation à l'élection du Grand Conseil et 46,4% pour le Conseil d'Etat. Pour l'un et pour l'autre, cela représente moins de 50% de la population électoraliste. Ceux qui n'ont pas voté peuvent-ils être déçus et en vouloir au gouvernement? 

 

Il y a 15 jours, une grande manifestation a eu lieu dans les rues de Genève, concernant, en partie, sur le logement. Oui nous avons compris, une partie de la population n'est pas contente. Mais quelques questions surviennent alors :

  • Est-ce que c'est manifestants si inquiets pour leur logement et charges étaient présents aux divers débats sur la question qu'il y a eu avec les candidats au Conseil d'Etat?
  • Est-ce que ces personnes vont rencontrer les candidats pour exprimer leur opinion démocratiquement?
  • Vont-ils se rendre aux urnes pour voter?

 

...tel un peintre impressionniste, nous peignerons un avenir meilleur pour nous, point par point.

 

Les réactions du genre "je ne m'intéresse pas à la politique" ou "ce n'est pas ma voix qui fera changer les choses" ne sont plus valables aujourd'hui. OUI notre voix peut faire changer les choses et OUI nous pouvons tous apporter notre contribution à la vie de notre belle Genève. On ne changera peut-être pas le tableau d'un seul coup mais tel un peintre impressionniste, nous peignerons un avenir meilleur pour nous, point par point.

 

23/02/2018

Victoire pour le cinéma romand!

Cela ne fait même pas un mois que je me suis lancée officiellement en politique et voilà que je peux déjà savourer une petite victoire. Hier soir, le Grand Conseil débattait encore une fois sur le Projet de loi (PL 11995-A) accordant une aide financière annuelle à la Fondation romande pour le cinéma (aka Cinéforom). Deuxième convention de cette jeune institution créée en 2011, la part du canton est augmentée d’un montant de CHF 129’000 sur un total de 2,5 millions de francs qui n’ont jamais été versés dans leur totalité par le Canton depuis 2011!
 
Petit retour en arrière : après plusieurs assemblées de professionnels de la branche, la décision est prise, en 2011, de fonder un seul guichet romand à qui les producteurs de films s’adresseront pour leurs futures demandes de subvention. Les villes et cantons romands, voyant la lourde tâche administrative de ce point déléguée à un tiers connaisseur, s’en réjouissent et s’accordent rapidement. On fait un état de lieux de la production cinématographique et - oh! surprise! - le canton de Genève apparait comme la région la plus productive dans le domaine, atteignant 50% de parts. Il est ainsi décidé que sur un budget prévisionnel de 10 millions, la moitié sera partagée à 50% entre la Ville et le Canton de Genève. Merveilleux! On ouvre le champagne!
 

Mais 6 ans après, l’état des lieux n’est plus si réjouissant...

 

Le Canton n’a jamais versé les 2,5 millions promis. C’est la Loterie Romande genevoise qui a compensé! Et puis un jour, on se réveille et on dit “STOP! cela va à l’encontre de nos statuts et on ne peut plus assurer”. Panique à bord à la veille de la signature de la deuxième convention qui doit démarrer en 2017. Après moults retours en commissions, auditions et débats, 3 rapports sortent de la commission des finances le 25 avril 2017 :
  • la majorité qui soutient la subvention mais sans les CHF 129 000 - ou plutôt CHF - 520 000!! - ;
  • une minorité qui soutient une subvention de CHF 2 109 000 (votée dans les budgets 2017 et 2018 - heu?-);
  • une minorité qui, minée par les propos de personnes de mauvaise foi à qui la Justice n’a pas donné raison à plusieurs reprises, veulent tout sabrer et détruire ce qui fonctionne, même si ce n’est pas parfait.

129 mille francs? Certes, un montant dérisoire au final mais l’importance de ce vote n’est pas uniquement pécuniaire.

 

Il est politique et diplomatique. Comment le Canton de Genève, vivier d’une production audiovisuelle florissante, peut ainsi chipoter pour ce montant alors qu’il n’a jamais tenu son engagement envers les autres partenaires financiers de cette opération? Quelle figure fait-il? Comment peut-il être le plus grand bénéficiaire des retombées économiques de cette industrie et se désengager encore un peu plus? Est-ce bien cette image que nous voulons donner aux autres partenaires?

 

Shame on you, Genève!

 
Heureusement, le parlement genevois a adopté hier, le 22 février 2018 (!!!) le projet de loi avec un montant de CHF 2 109 000. Le vote libre a permis a chaque député de se prononcer indépendamment, parfois même à l’encontre de son parti ou chef de groupe. Bravo aux professionnels de l’audiovisuel ainsi qu’aux députés qui ont soutenu ce projet. Maintenant, il n’est pas question de se reposer sur ces lauriers jusqu’à la prochaine signature. Au vu de l’essor international de certains films produits dans le canton, il est d’autant plus important de continuer à soutenir des institutions de la sorte et trouver des solutions afin qu’elles aient de meilleurs moyens de financement, sans avoir peur de la guillotine à chaque fin de convention.

21:05 Publié dans Genève | Tags : genève, culture, cinéma, cinéforom, budget, pl, projet de loi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |